Archives de Tag: lettre

L’AUTRE CORPS

Par défaut

Image

Vivre le jour de sa destinée. Vivre et agir selon son coeur.

Avoir été aimé ou mal aimé.

Avoir aimé.

Aimer encore, d’une autre façon. La tendresse a remplacé l’Amour Fou.

Avoir épousé la femme ou l’homme choisi.

Avoir travaillé dur au point d’en avoir oublié de vivre.

Avoir eu des enfants……………Les avoir aimé sans démonstrations……….Chaque jour enlevant un peu plus de temps pour communiquer.

Vivre, ne pas réfléchir, s’occuper tout en subissant les assauts du temps avec ses joies et ses malheurs.

Une vie paraissant quelconque, mais riche en contacts humains, riche de l’amour de la nature.

Profiter des rares moments de bonheur, et ne pas voir les jours passer, emportant avec eux les quelques pétales encore fraîches de son corps engourdi.

Arriver aux derniers instants et se dire que tout est terminé.

Ne plus pouvoir marcher.

Ne plus pouvoir parler.

Ne plus pouvoir crier sa révolte.

Se dire qu’on a été aveuglé par les habitudes et la routine.

Se dire qu’on voudrait encore déclarer son amour, et qu’on ne peut plus. Qu’il est là au fond du coeur, lui encore tout jeune de sa passion jamais oubliée.

Les mots se forment sur les lèvres comme dans un murmure. Mais il ne sort que le souffle du silence………

Les gestes restent suspendus dans leur immobilité.

Ne plus pouvoir toucher, sentir, goûter l’être aimé.

Toucher la douceur de sa peau,  la caresser, y laisser courir ses doigts pour sentir encore un semblant de jeunesse……..

Ne plus pouvoir goûter l’autre de sa langue gourmande…………..

Il ne reste que les yeux pour parler !

Alors toi qui me regardes !

N’ai pas honte de ce corps décharné !

Regardes bien !

Mes yeux te disent mon Amour.

MC Eguimendia le 6 Janvier 2014

Sensibilité

Par défaut

Image

Jamais elle n’avait paru si nue et si transparente.

Assise par terre, d’un air résigné, dans le silence du lever du jour. Dans le jardin de la vie, elle se revoit riant et criant sa joie. Aimant de toute son ardeur, et le proclamant haut et fort.

La souffrance de son enfance désormais enfouie lui donne la force d’être elle-même.

Il est fini le temps où elle craignait les moqueries. Elle laisse dire tous ces ragots.

 » –  Ma fille, tu es dans l’erreur !

– Tu dois te cacher,

– Tu dois souffrir,

– Aimer et mourir.  »

Cette musique lancinante de sons incohérents la pénètre et la fait frissonner.

Il y a des instants où cette mélodie disgracieuse s’estompe. Le froid s’est évanoui, elle sourit et chante.

Alors, elle apparaît stupéfiante, presque fière. Une frêle créature remplie de joie agréable à regarder comme un joli fruit pas tout à fait mûr.

Les sons musicaux des bavardages reviennent lui susurrer:

 » – Bats-toi !

– Existe, sois dure, blessante et exigeante !

– Ta vie est ainsi faite !

– Acceptes-la !

– Ne sois pas simplette et naïve !

– La gentillesse n’est qu’intérêt, la simplicité de la médiocrité !

– Les sentiments n’existent pas !  »

Et la Sensibilité ?

Une jeune fille nue et presque transparente, un matin, s’en est allée, par pudeur.

MC Eguimendia le 11 Décembre 2013

Humilité

Par défaut

Image

 

A cette heure maudite

Où le vent hurle,

Où l’on hume les odeurs boisées

De la pluie,

La nuit balaie

Les derniers miasmes

D’une froide journée.

Un insondable mystère

Illumine les traits d’un visage.

On ignore l’identité de cette Dame.

On la tolère, 

On la nomme Hélianthe.

Ses joues imprégnées de la pudeur

Du passé sont émouvantes.

Un doux reflet de lumière,

Comme un ciel dégagé,

Vient mourir sur ses lèvres

Où la musique des sons

A disparu.

Elle avance lentement

Sur le chemin de l’humilité

Vers le printemps de la vieillesse.

MC Eguimendia le 22 Octobre 2013

En passant

Image

 

L’Egypte ancienne fait souvent pleurer Floriane de part ses atrocités. Bien que parfois un certain symbolisme l’eût fait sourire.

Son dernier voyage l’amena à découvrir les deux vies d’Anna son amie.

Puis durant le printemps et autres saisons, elle essaya de parfaire sa culture, fruit d’un dur labeur.

Mais son seul désir, maintenant, serait de voyager parmi les fleurs. De rester chez-elle, d’oublier le passé et son amie Anna.

De faire d’un balcon fleuri un havre de paix, où elle pourrait lire sous la lune qui luit.

De ne plus affronter les voleurs d’ombres dans sa lecture de George SAND. De s’accepter et de ne plus avoir la nausée en se voyant si mal étriquée.

Elle aimerait oeuvrer dans l’original, se ruer dans la rue en provoquant un impact surprenant.

Vivre sa vie de noctambule et abolir le hasard.

MC Eguimendia le 23 Septembre 2013

Un voyage parmi les fleurs

LA LETTRE D’AMOUR

Image

LA LETTRE D'AMOUR

Ecrire une lettre d’amour
Ecrire avec les mots du coeur
Avoir connu la vraie lettre
Sur un papier blanc
Ou sur un papier fleuri.
Quelle joie de lire les sentiments
De son bien-aimé,
De recevoir tous les jours
Un mot doux sur une simple feuille
Un petit coeur dessiné
Terminant sa tendre déclaration.
Recevoir cette lettre
L’ouvrir délicatement,
Sans la déchirer,
Respirer son parfum,
S’en imprégner,
Sentir la passion
Malgré la distance.
Un moment, un bref instant,
Où la joie s’emballe,
Où on ne peut dire ce que l’on ressent.
Quel bonheur d’avoir connu
De tels souvenirs !

MC Eguimendia 18 Juillet 2013