Archives de Tag: amour

Le quotidien

Par défaut

Le quotidien

Il nargue chaque jour de sa langueur, de son passé.

Il lasse et devient routine,

Il se cache sous les rides et les plis de la peau,

Il souille les chairs.

Qu’importe la jeunesse

Puisqu’il s’amuse à jeter son dévolu sur ce corps.

Et dans ses yeux,

Il laisse deviner le dernier soleil couchant

Où il a appris à aimer, à désirer, à détruire.

Le quotidien ne se dérobe pas à l’enveloppe charnelle.

Il séduit de ses beautés superficielles,

Et s’ouvre à la nouveauté,

Aux désirs inavoués.

Il se veut impur, parfois brutal,

Il se reconnaît dans les pleurs d’un enfant

Qui a faim de nourriture et de justice.

Il continue d’offrir sa souffrance au monde en guerre,

Et reste prisonnier de l’indifférence.

Le quotidien d’un confort caché,

Dans son loft aux douceurs enchanteresses,

Apporte quiétude et baume au corps.

A travers les rideaux tirés,

Une fenêtre s’entrouvre laissant transparaître

Un peu de joie, un peu d’espoir.

Mais le quotidien palpite

Aux sons des battements du coeur devenu sourd.

Il avance et se prolonge dans le temps,

Dans chaque histoire, chaque destinée,

Jusqu’à y laisser son empreinte indélibile.

©  Marie-Claude EGUIMENDIA le 3 Décembre 2014

Publicités

LE DERNIER TRAIN

Par défaut

image Silence pour un dernier voyage

Voyageur de la solitude

A-t-il atteint la sérénité

Aux derniers jours qu’ils lui restent ?

A-t-il été aimé, admiré !

Un éclat de lumière glisse

Jusqu’à lui qui laisse échapper un soupir

Se demandant si sa mère l’a aimé.

C’est elle qu’on appelle

Celle qui vous a gardé dans son ventre

Celle qui a souffert pour vous mettre au monde.

Et celle qui n’est plus là

Pour vous réconforter

Dans les derniers moments.

Chercher à être admiré

Pour combler ce manque

L’avoir été procure certainement

Une satisfaction jouissive

Qui ne dure pas dans le temps.

Avoir été adoré

Mais avoir peur de ce pouvoir

Qui asservit l’esprit

Rester encore dubitatif

Devant une admiration idolâtree.

Avoir été aimé pour ce que l’on est

Pour son caractère quel qu’il soit

Pour son corps affaibli ou laid.

 L’a-t-il vraiment connu?

L’a-t-il accepté ?

L’a-t-il compris ?

Comment croire à un tel sentiment ?

Dans le doute de tous ces gens

Qui nous démontrent par le biais de la publicité

Ce qu’est le vrai Amour

Par la beauté et l’argent.

Tellement d’ombres rôdent,

De promesses douteuses,

Ne pas commettre d’erreurs,

Essayer de vivre encore pourtant.

Et quitter la vie, agoniser

En se demandant encore

Si l’on a été vraiment aimé.

Le dernier train à ne pas manquer est arrivé.

Seul sur le quai

Il part sans regrets

Puisqu’il a aimé.

Emc Eguimendia ©  le 23 Juillet 2014

UN LIVRE SUR LE SABLE

Par défaut

Image

Un livre sur la plage oublié sur le sable, me tend les bras de ses pages ouvertes.

Mérite-t’il d’être lu, d’être ramassé ?

Me racontera-t’il des horreurs ou des histoires joyeuses ? Quel est l’auteur ?

Me satisfera-t’il ou m’induira-t’il vers de sombres pressentiments ?

Un livre oublié n’est pas un livre choisi. Peut-être que lui m’a choisi ! Se trouvant là au cours de ma promenade………

Ses pages dansent au moindre souffle marin. Il est là comme un trésor à peine découvert. Et ma curiosité éveillée me titille pour que je le saisisse. Ce bien précieux offert par hasard………..

Une sorte de rencontre littéraire, une ouverture d’esprit et d’aventure.

Je suis émerveillée, et même s’il ne m’apporte pas la joie escomptée, je serai heureuse d’avoir connue cet agréable moment.

J’aurais partagé des récits inédits qui auront comblé une partie de mon coeur.

Le vent et le sable s’amusent à feuilleter les pages pour me décider à emporter cet ouvrage lu et peut-être relu.

Il semble me faire un signe, et un seul mot  » Amour  » me pousse enfin à le saisir et à l’enfouir dans ma poche. Son contact me procure un tel plaisir que j’ai hâte à le lire.

Je continue mon chemin. Mes pas dans le sable laissent l’empreinte d’un jour de bonheur.

Car le livre est une personne qui partage un petit coin de son âme pour le plaisir de celui qui a réussi à le comprendre.

 

@MC EGUIMENDIA le 8 Mai 2014

L’AUTRE CORPS

Par défaut

Image

Vivre le jour de sa destinée. Vivre et agir selon son coeur.

Avoir été aimé ou mal aimé.

Avoir aimé.

Aimer encore, d’une autre façon. La tendresse a remplacé l’Amour Fou.

Avoir épousé la femme ou l’homme choisi.

Avoir travaillé dur au point d’en avoir oublié de vivre.

Avoir eu des enfants……………Les avoir aimé sans démonstrations……….Chaque jour enlevant un peu plus de temps pour communiquer.

Vivre, ne pas réfléchir, s’occuper tout en subissant les assauts du temps avec ses joies et ses malheurs.

Une vie paraissant quelconque, mais riche en contacts humains, riche de l’amour de la nature.

Profiter des rares moments de bonheur, et ne pas voir les jours passer, emportant avec eux les quelques pétales encore fraîches de son corps engourdi.

Arriver aux derniers instants et se dire que tout est terminé.

Ne plus pouvoir marcher.

Ne plus pouvoir parler.

Ne plus pouvoir crier sa révolte.

Se dire qu’on a été aveuglé par les habitudes et la routine.

Se dire qu’on voudrait encore déclarer son amour, et qu’on ne peut plus. Qu’il est là au fond du coeur, lui encore tout jeune de sa passion jamais oubliée.

Les mots se forment sur les lèvres comme dans un murmure. Mais il ne sort que le souffle du silence………

Les gestes restent suspendus dans leur immobilité.

Ne plus pouvoir toucher, sentir, goûter l’être aimé.

Toucher la douceur de sa peau,  la caresser, y laisser courir ses doigts pour sentir encore un semblant de jeunesse……..

Ne plus pouvoir goûter l’autre de sa langue gourmande…………..

Il ne reste que les yeux pour parler !

Alors toi qui me regardes !

N’ai pas honte de ce corps décharné !

Regardes bien !

Mes yeux te disent mon Amour.

MC Eguimendia le 6 Janvier 2014