Archives de Catégorie: Non classé

Une journée de vendanges

Par défaut

Image

 

 

Le soleil s’est levé. Les premiers rayons  caressent déjà la campagne encore engourdie. Le voile de la brume glisse généreusement sur les collines, et dépose de scintillantes gouttelettes de rosée.

Les premiers signes précurseurs d’une journée d’automne titillent les narines de ses arômes suaves et fruités.

Le grand jour des vendanges est arrivé.

Chacun se munie d’un sécateur et d’un panier. Enfilant des sabots ou des bottes de caoutchouc, et foulant la terre humide au milieu des rangs de vigne. D’un pas décidé, le coeur battant de joie.

Se saisir du fruit bien mûr, et le couper délicatement.

Parfois, on entend le petit craquement d’un grain qui éclate entre les doigts, laissant s’écouler un jus vineux et sucré. On ne résiste pas à  l’envie de goûter cette saveur nouvelle. 

Image

 

 

Des rires fusent. La bonne humeur des vendangeurs fait plaisir à voir !

 » Et toi la Marie ! Tu vas abîmer tes jolies mains ! « 

 » Que fais-tu là à vendanger avec tous ces vieux ! Tu devrais être au lycée ! « 

Elle sourit, et répond aux plaisanteries des anciens. Son sourire malicieux adoucit l’atmosphère devenue étouffante.

La fatigue se fait ressentir. Pourtant chacun continue son travail afin que la vendange soit terminée avant le mauvais temps.

Une belle journée dont chacun se souviendra lors de la dégustation de ce bon vin !

Imagep

 

MC Eguimendia le 12 Septembre 2013

 

Publicités
En passant

ImageMarcher tout doucement

Sur la plage

Sortir ses chaussures

Sentir sous ses pieds nus

Les grains de sable

Tellement fins

Encore nantis de la fraîcheur de la nuit

Sentir le frottement

Sous la voûte plantaire.

Parfois la piqûre d’une brindille de bois

Arrache un douloureux petit cri.

Avancer et arriver au bord de l’eau,

Les vaguelettes caressent les orteils

Sa froideur surprend

Et fait reculer d’un pas.

La vague devient audacieuse et entreprenante.

On ne peut résister à ce tendre appel

Et s’offrir à son délice.

Son goût salé procure une douce joie de liberté

Comme il serait bon de se laisser emporter

Dans cette immensité

Ne sachant pas nager,

Quelle volupté de s’endormir

Au creux de ses vagues.

MC Eguimendia  le 5 Août 2013

 

UN MATIN SUR LA PLAGE

En passant

Image

 

Une mante religieuse

Belle à se damner

Rencontre un chat de hasard.

De sa beauté,

Elle n’attire pas sa bonté.

Son art particulier le séduit

Sachant sa vie dissolue.

Elle se sent adulée,

Elle est capricieuse

Pour attirer son attention.

Elle est un insecte supérieur, 

Une mangeuse,

Elle ne doit pas décevoir sa lignée.

Pourtant, elle sent son coeur battre,

Intriguée,

Pour la première fois

Pour cette race féline.

Et le chat, son amusement terminé

Avec cet insecte malfaisant et capricieux,

Sans aucune compassion,

D’un coup de patte 

La croqua !

MC Eguimendia 30 Juillet 2013

L’APPEL DE LA MER

Image

L'APPEL DE LA MER

Se promener sur la jetée
Regarder le mouvement des vagues
Se laisser emporter par son imagination
Respirer l’air iodé
Que demander de plus !
Le bonheur est là
Devant soi.
Les marins s’affairent sur leur bateaux
Ils se préparent à partir pêcher
Et subir les assauts des vagues
Qui, parfois leur donnent des frayeurs.
Ils méritent l’admiration
Pour leur bravoure.
La mer, cette immensité mouvante,
Pleine de cruauté, parfois,
Lorsqu’elle engloutit les riches ou les pauvres.
La mer, cette femme libre et farouche,
De temps en temps calme,
Et par moment violente.
Son goût salé pénètre les lèvres douces
Pour s’infiltrer dans tout le corps.
Elle peut régénérer comme détruire.
Elle reste indomptable mais vivante.

Marie-Claude Eguimendia 12 Juillet 2013